NOUVEAUTÉS À PARTIR DE JANVIER 2018

NOUVEAUTÉS

PAGE POUR VOIR PLUS FACILEMENT CE QUI EST FAIT AU JOUR LE JOUR

(ancienne page d’accueil des nouveautés jusqu’à la mi-janvier 2018)

BNF/Gallica. Les Temps nouveaux, année 10, n°15 du 13/08/1904

 

DEMANDE : si quelqu’un à du temps libre sur Angers ou le 49, j’ai en ma possession tous les numéros du Libertaire quotidien de 1924. Ce serait pour les numériser, photographier, pour mettre sur le blog parallèle de journaux généraux et ainsi extraire ce qui est utile pour celui spécifique sur l’Anjou… Idem pour l’Anjou communiste (LB.)

 

 

13 et 14/10/2018

« Marques de fabrique… fabriques de marque : productions industrielles angevines de 1830 à nos jours ». Publication éditée par la Ville d’Angers à l’occasion de l’exposition présentée salle Chemellier, du 3 février au 1 er avril 2007.

* Mise en ligne de deux cartes, extraites d’un livret publié par la ville d’Angers en 2007, à l’occasion de l’exposition « Marques de fabrique… fabriques de marque : productions industrielles angevines de 1830 à nos jours ». Une carte de l’industrie angevine vers 1830 et l’autre en 1907. Un jour quand nous aurons le temps, peut-être insérerons-nous cela dans notre carte des lieux évoqués dans le site et liée aux militantismes ? À moins qu’un coup de patte nous vienne en aide ?…

* Un article de Paul Delesalle sur le Congrès de Bourges et l’état d’esprit qui y régna dans les Temps nouveaux n°21 du 24/09/1904.

* A.I.A. : Publication dans Les Temps nouveaux n°07 du 18/06/1904 et dans le n°08 du 25/06/1904 de l’appel aux différentes organisations et associations pour le Congrès International antimilitariste d’Amsterdam, en 1904, ainsi que l’Ordre du jour.

* GUICHARD Émile : Conférence anticléricale de Guichard (rajout à sa bio) et soirée sur le même thème à Trélazé le 24/12/1904 dans les Temps nouveaux n°33 du 17/12/1904. Dans le n°35 du 31/12/1904, Émile GUICHARD écrit plusieurs petits articles : l’une sur le jésuitisme du Petit Courrier, ancêtre du noble Courrier de l’Ouest d’aujourd’hui ; un autre sur une jeune femme qui gagna au bagne Bessonneau -comme certain-e-s l’appelaient alors- 6 centimes en 3 jours (!) et un sur le suicide d’une jeune qui préfère le suicide au tribunal. Toujours de Guichard, un article sur une des célèbres entreprise de parapluie d’Angers -un des centres de la production française – avec la famille Saret. Ici, « la parasolerie française ».  Article dans Les Temps nouveaux n°22 du 01/10/1904, et un directeur Girard, militant nationaliste en vue de la Patrie Française mais aussi sur deux entrées séparées en fonction des ouvriers, rue du Cornet et rue Boisnet. Dans le n°29 du 19/11/1904, Guichard relate les raisons d’une nouvelle grève dans les ateliers de chez Bessoneau, ici les ateliers bois et pelotage : la baisse des salaires de 30 à 40% !, mais aussi la demande et la volonté des ouvrières de faire renvoyer deux contremaîtres de ces ateliers qui pratiquent le harcèlement sexuel, envers de jeunes ouvrières. Dans le n°30 du 26/11/1904, Guichard relate la suite de ce mouvement et l’échec : le pauvre Bessonneau qui se drape dans sa pseudo-dignité offusquée, son affirmation qu’il ne s’agit que de galanterie à la française ! et bien entendu, les jaunes de tout temps, qui brisent le mouvement.

* Projet d’une tournée de conférences de Régis Meunier sur l’Ouest de la France, devant passer par Angers, Cholet et Saumur. Elle était prévue pour le début de l’année 1905 (Les Temps nouveaux n°33 du 17/12/1904).

Arch. Nat. numérisées. F7 13172. Dossier 1. Union anarchiste. papillon collé en 1925

* Mise en ligne d’une série d’autocollants libertaire, de papillons à l’époque, de l’Entre-deux-guerres produit par La Jeunesse anarchiste (1925) soit par la Fédération communiste-libertaire (datée 1926, probable 1936).

* Fin octobre 1904, Hamelin récolte l’argent afin de permettre l’édition d’un livre pour enfants, publié par Les Temps nouveaux (Les Temps nouveaux n°25 du 22/10/1904). Dans le n°34 du 24/12/1904, il verse un peu d’argent pour le journal Les Temps nouveaux.

* Mise en ligne de quelques chansons : paroles et parfois musique : Révolution de Robert Guérard (1910) ; Les Conscrits insoumis (1902) ; rajout à L’Internationale ; Les Huit Heures (chant du Premier Mai) de 1891. . La propagande était autant par la musique, l’écrit, la parole, l’image, le cinéma…

BNF/Gallica. Les Temps nouveaux, année 10, n°19 du 10/09/1904

* Petites correspondances : dans les Temps nouveaux n°01 du 07/05/1904 : réponse affirmative à A.M. de Trélazé pour l’envoi de journaux à deux adresses. Dans le n°3 du 21/05/1904 des Temps nouveaux, le journal répond à M. de Trélazé, sur le prix et l’éditeur de La Terre de E. Reclus.

* Par l’intermédiaire de Le Gall, la Jeunesse Syndicaliste de Brest demande à entrer en contact avec les autres Jeunesses Syndicalistes dans Les Temps nouveaux n°11 du 16/07/1904.

10/10/2018

Livre + CD en vente à la Librairie Les Nuits Bleues, 21 rue Maillé à Angers. Pleins de chansons en texte avec des traductions en langage de maintenant, pleins de dessins aussi. 25 euros

* Dans L’Humanité n°86 du 12/07/1904, la Fédération des Cuirs et Peaux de la C.G.T.  met à l’index la ville d’Angers pour les cordonniers, leur demandant de ne pas y chercher de travail tant que dure la grève de la Maison Maingot. La Fédération sollicite par ailleurs une Solidarité financière pour les grévistes.

* Dans le journal L’Humanité, Cognée et Godaud versent une somme d’argent en faveur des victimes du lock-out de Marseille. Ils se déclarent alors instituteurs à Angers (L’Humanité n°185 du 19/10/1904).

03/10/2018

* Mise en ligne d’un texte du journal L’Humanité n°175 du 09/10/1904, relatant une conférence de Jaurès, Camélinat, Duclos de la Haille, etc. au Cirque-Théâtre à Angers.

* A.I.A. : conférence de Guichard à Trélazé sur « l’Antimilitarisme chez les tolstoïens et les anarchistes » le 11/12 ; annonce de la création d’un groupe de l’A.I.A. à Trélazé qui se réunit chez Marrec, probablement le nom du proprio de la salle (Les Temps nouveaux n°32 du 10/12/1904). À Angers, les réunions ont lieu à la fin novembre tous les dimanches au café Lebon, dans la rue Lyonnaise (Les Temps nouveaux n°30 du 26/11/1904).

* Dans Les Temps nouveaux n°28 du 12/11/1904, annonce d’une réunion du groupe (communiste-)anarchiste d’Angers, chez Houdayer, rue des Deux-Hayes.

* Conférence, chez Lévêque à 20h, à Trélazé, par Guichard sur « le noël des gueux » (Les Temps nouveaux n°34 du 24/12/1904).

01/10/2018

* Mise en ligne d’autres dessins et vignettes de présentations de rubriques extraites des Temps nouveaux.

* Dans un extrait du numéro 1 du 18/04/1904 du journal socialiste l’Humanité, une brève d’agence annonce la fin de la grève ardoisière de Trélazé.

* GRÈVE DE CHOLET : dans les numéros des Temps nouveaux : n°23 du 08/10/1904, n°24 du 15/10/1904, n°25 du 22/10/1904, n°26 du 29/10/1904, n°27 du 05/11/1904. Plus de 10.000 ouvriers seront en grève, cependant l’isolement, la modération fera le jeu des patrons.

* Dans Les Temps nouveaux n°23 du 08/10/1904, annonce de deux conférences publiques de l’Université Populaire, tenues à la Bourse du Travail d’Angers, l’une sur le Socialisme par l’avocat Reveillard et l’autre sur le Tolstoïsme et l’anarchie par Guichard.

* Association Internationale Antimilitariste (A.I.A.) : Dans Les Temps nouveaux n°23 du 08/10/1904, réunion au café Guilbault de libertaires pour créer une section de l’A.I.A. à Angers.

L’Action Antimilitariste, n1 du 15/09/1904. Ça change des allégories sur la Liberté avec des femmes à poils.

Une bière en soutien au local Le 21 qui comprend l’atelier de réparation La Tête dans le Guidon et la librairie sociale et syndicale Les Nuits Bleues.

29/09/2018

 

* Mise en ligne de vignettes et dessins issus des Temps nouveaux.

* Mise en ligne de quelques dessins et vignettes issus du journal L’Action Antimilitariste, publié à Marseille au moins entre fin 1904 et début 1905, servant de relais à l’Association Internationale Antimilitariste.

* Dans le n°1 du 15/09/1904 de L’Action Antimilitariste, un article d’Almeyreda sur la création de l’A.I.A. et ses ambitions. Dans le n°3 du 15/12/1904, annonce de la création d’une section de l’A.I.A. à Angers (elle date en fait de la fin septembre 1904 ; voir le début d’article sur ce collectif : l’A.I.A. en Anjou). Dans le n°4 du 15/01/1905, annonce de la création officielle de la section de Trélazé, avec les réunions chez Levêque, Trésorier Tineuf et secrétaire Hamelin. Hamelin qui en profite pour faire oeuvre de propagande en vendant ce journal (même numéro).

* Dans le n° spécial du 05/11/1904, un petit tableau des morts à l’armée.

* Les statuts de l’A.I.A. sont publiés dans le n°2 du 15/10/1904 : ouverture aux femmes, action, propagande, cotisations, etc.

* Publication d’une affiche extraite du numéro spécial de L’Action Antimilitariste du 05/11/1904, avec un texte de Georges Pioch.

Le fascisme, c’est nulle part ! Ni dans les rues, ni au pouvoir ! C’était le slogan d’appel du festival antifasciste du RAAF. Un truc sans doute non prévu par les camarades du RAAF, c’était que la connerie était aussi dans la rue hier et pas où on aurait pu l’attendre !

22 et 23/09/2018

* Mis en ligne une annonce d’Hamelin Émile, dans les Temps nouveaux n°38 du 16/01/1904, qui demande aux camarades de Trélazé à récupérer les vieux journaux révolutionnaires déjà lus afin de les envoyer à des militants potentiellement intéressé.

* GRÈVE(S) DE TRÉLAZÉ DE 1904 et mise en branle dans le segréen : Remise en ordre de l’article dans l’année 1904.

Le syndicat et les ouvriers ayant arraché quelques miettes (contrôle du travail effectué au fond par les ouvriers, augmentation de 25 centimes…) au patronat, la Société des ardoisières de l’Anjou et la Commission des Ardoisières d’Angers réenclenchent les hostilités. Dans le n°42 du 13/02/1904 des Temps nouveaux, suite à la demande de rencontre faite par le bureau syndical pour protester contre une éventuelle baisse salariale, les patrons répondent en faisant fermer tous les chantiers ! Dans le n°43 du 20/02/1904, 1200 ouvriers ont déclarés la grève. Ménard, secrétaire du Syndicat des ardoisiers, demande des soutiens financiers. Dans le n°44 du 27/02/1904, un petit soutien financier. Dans le n°47 du 19/03/1904, un grand article, écrit par Mercier, rappelle les origines du conflit à la carrière de la Grand’Maison dépendant de la Société des ardoisières de l’Anjou ; mais également des événements de Misengrain/Renazé et à Trélazé. Dans le n°48 du 26/03/1904, la fin de la grève à la Grand’Maison dépendant de la Société des ardoisières de l’Anjou par une victoire ouvrière éclatante, avec des avantages obtenus pour tous les chantiers et plus du triplement des effectifs syndicalistes. Dans le n°49 du 02/04/1904, Ludovic Ménard retrace les faits et la victoire ouvrière. Dans le n°51 du 16/04/1904, la parole patronale ne valant rien, les patrons n’appliquent pas les accords signés par eux. En réaction, deux colonnes d’ouvriers mettent à sac des maisons de gardiens. L’armée est positionnée à Trélazé.

15 et 16/09/2018

* Mise en ligne de biographies de : Moulien ; PatinRAVAGLIA Guglielmo, Rimbaud.

* Rajout aux années 1883 ; 1884 ; 1887 ; 1900 ; 1904 ; aux biographies de Barillier, Brillet.

Archives municipales d’Angers numérisées. 06 Fi 354.65 cm par 49.2 cm

* Mise en ligne de deux affiches issues des Archives Municipales d’Angers. L’une, peu glorieuse, informe d’une grève des ouvriers cordonniers déclenchée fin juin 1904. Ils demandaient la non-application d’une baisse des salaires mais, aussi, la non-embauche de femmes dans les ateliers. L’autre affiche, de la fin septembre 1904, concerne la grève des ouvriers maréchaux. Ils demandaient la journée avec 10 heures de travail effectif, une amplitude maximale de 12 heures ; 1h30 de pause méridienne et une demie-heure de pause casse-croûte, etc. Plus d’un siècle plus tard, on a rien obtenu de mieux en terme de temps de boulot sinon sans doute une intensification des tâches ; mais on peut commencer plus tôt et finir plus tard !

* Dans Les Temps nouveaux n°40 du 30/01/1904, annonce du décès de Rimbaud, « un bon camarade ». Il semblerait que les « hommes en noir » aient tenté de faire baptisé ses enfants lors de son décès en échange de l’assurance qu’ils seraient éduqué.

12/09/2018

* Début de mise en ligne de quelques biographies de militant, pas tous et toutes révolutionnaires loin s’en faut, issu du CD-Rom du Dictionnaire biographie du mouvement ouvrier. Ils et elles ne sont pas tous et toutes directement liées au blog -les mouvements révolutionnaires ; pour l’instant surtout les libertaires, socialistes-révolutionnaires, les syndicalistes radicaux ou révolutionnaires. Ces gens sont parfois simplement né en Maine-et-Loire, incarcérés, etc.

Ça signifie qu’au fur et à mesure, plusieurs centaines de bio donc ça prendra du temps !!! voire des années, il faut donc, que je fasse évoluer les indications biographiques de celles et ceux déjà présent dans le blog via la page dédiée. En gros ça donnera : NOM ; Prénom (s) ; Surnom [lieu de militance : 49, région parisienne, etc. ; Organisation syndicale dans l’ordre chronologique ; organisations ou partis politique dans l’ordre chronologique ; organisation sociale -coopérative, assoc diverses, etc. et dates d’activités extrême ].

Mille Arthur (Allier]

 

09 et 10/09/2018

* Mise en ligne de différents documents. C’est un peu décousu.

* Mise en ligne d’un texte écrit par Delesalle, libertaire et syndicaliste, sur le Congrès Corporatif de la C.G.T. à Rennes, publié dans les Temps Nouveaux n°27 du 29/10/1898 et n°28 du 05/11/1898.

* Dans les Temps Nouveaux n°33 du 10/12/1898, publication d’une controverse entre P. Delesalle avec J.Reinach, député et futur président de la Ligue des Droits l’Homme, à propos des lois scélérates qu’il a voté. Delesalle en profite pour soutenir les condamnés anarchistes angevins tel Fouquet, Philippe, Chevry, Meunier.

* Dans le Radical du 03/01/1894, une brève annonce que les anarchistes d’origine angevines Hamelin et Meunier, mais aussi d’autres anarchistes, sont arrêtés et leurs logements perquisitionnés à Brest.

Arch. BNF/Gallica

* Dans LE SUPPLÉMENT LITTÉRAIRE des Temps Nouveaux, le n°16 de 1897, un article de Pouget sur les condamnations des anarchistes angevins.

* Dans le Journal des parquet, de juillet 1894, un monument de mauvaise foi mais légal !, l’appel en Cassation de Chevry et consorts est balayé, tant sur la forme d’arguties juridiques que sur un débat de fond -là aussi balayé. Peut-on être accusé de faits antérieurs à une loi ? La réponse semble être oui puisque toute la procédure ou quasiment repose sur cela. En outre, la loi estime moral et légal d’admettre des témoignages anonymes transmis par la police, que la défense ne peut ainsi pas remmettre en question.

* Mise en ligne d’une affiche du 06/10/1897, émanant du Juge de Paix du Canton Nord-Est, pour faire une proposition de conciliation dans le conflit opposant patrons et ouvriers des ardoisiers à l’automne 1897. Une autre affiche datant elle de l’été 1908 publiée sur l’ordre du Juge de Paix, éditée par la ville d’Angers, constate là-aussi, le refus de conciliation de la part des patrons dans la grève du bâtiment.

* À Lyon, du 25 au au 29/06/1894, le Congrès de la fédération nationale des Bourses du Travail se tient. Les Bourses de Cholet, Saumur et d’Angers sont respectivement représentées par Dubois de Paris ; Bousquet de Toulouse et Yvan -sans précision, sans doute Lyon-. Toutefois Angers et Saumur devaient se faire représentées (comme Rennes) par le délégué de Nantes : Colombes. Les autres délégués refusent cette combinaison donnant à une personne plus de voix et de mandats que les autres. (L’Ouvrier Syndiqué des Bouches du Rhône, n°131 du 15/09/1894).

* Dans L’Ouvrier syndiqué des Bouches du Rhône, n°459 du 01/10/1908 ; le secrétaire du syndicat, A. Taugourdeau, des employés de la ville d’Angers annonce que dorénavant au sein du Syndicat, mais aussi dans la Fédération de l’Ouest, « les jaunes » et les sillonnistes (cathos sociaux) seront refusés.

* Deux notices biographiques : Sutte et Taugourdeau A.

* Émile Hamelin, en novembre 1907, souscrit à une action du journal l’Humanité (l’Humanité n°xx du 14/01/1907).

 

02/09/2018

exemples d’autocollants tirés par les anarchistes individualistes, publiés dans l’anarchie n°122, année 3 du 08/08/1907

* Rajout de textes d’autocollants, dans la rubrique dédiée. Ici, des textes, appelé par eux « piqûres d’aiguilles« . Le rajout concerne « des papillons » issus de l’anarchisme individualiste, publié par le journal l’anarchie en 1907.

* Publication d’un texte de la revue le mouvement anarchiste, qui dans son numéro d’octobre, l’intitule « La C.G.T. penche à droite » (le mouvement anarchiste n°3, octobre 1912). Les camarades qui dans le syndicat, dans les regroupements de syndicats nous servent tout le temps les mêmes soupes d’unité d’action (??? faire un tour en ville ???) avec les partis, faire avec tous les gens de bonnes volontés mêmes avec les partis (on me l’a encore dit hier pour critiquer le veto du syndicat dont je suis membre pour rallier une manif organisée par un parti voici qqs mois…) ; devraient lire l’extrait.

Arch. Municipales. Numérisées d’Angers. 06 Fi 2277.

* À Paris, 1048 syndicats se réunissent à la salle de la Bellevilloise pour un Congrès extraordinaire de la C.G.T. afin d’étudier les moyens de résister à la guerre. L’ordre du Jour était : 1° : Les moyens préventifs d’éviter la guerre. 2° : Les moyens de s’opposer à la mobilisation en cas de guerre. « Il ne faut pas faire d’inutile surenchère« , « ne pas rassembler à des énergumènes« , etc. 1048 syndicats sont représentés mais rien de concret ne sort. Qui en Maine-et-Loire ? (le mouvement anarchiste n°5, décembre 1912).

* Mise à niveau sur les extraits publiés du Libertaire, avec indication de dates à l’anglaise (je ne sais toujours pas comment ça se dit). L’année d’abord, le mois puis le jour de la parution. Comme quelques textes commencent à apparaître ici où là sur le net.Mise en ligne d’un article du Libertaire n°82 du 15/09/1901 contre un Congrès religieux et une procession.

* Mise en ligne d’une affiche de 1901, de protestation de la Commission administrative de la Bourse du Travail d’Angers contre la tenue d’une conférence prêchant la concorde sociale et les syndicats mixtes de patrons et d’ouvriers.

01/09/2018

Sources : placard info et http://archives.ville-saint-denis.fr/galerie : 20Fi 2948. affiche publicitaire de 1895.

* Toujours sur la mise en ligne de documents des Temps Nouveaux : Création d’un « Syndicat mixte » ouvert aux employé-e-s de n’importe quelle corporation ; mais aussi, à celles et ceux qui n’ont pas de travail fixes comme les journaliers et journalières, les manœuvres. Si les femmes sont nommées, ce n’est pas souvent ; je saisis pas bien d’après le texte si ce syndicat est adhérent à la C.G.T. ou pas ; s’il perdurera ou pas. L’initiative en revient à des militants anarchistes : Mercier, Hamelin, Guichard (Les Temps Nouveaux n°3 du 16/05/1903).

* Lors de la conférence du socialiste Pierre Renaudel, en mai 1903, sur la séparation de l’Église et de l’État. Conférence organisée par le Groupe d’Études Sociales Germinal. À l’occasion de cette conférence, il semble qu’Émile Guichard, un des animateurs du G.E.S., sera calomnié (Les Temps Nouveaux n° 4 du 23/05/1903).

* GUICHARD Émile : en plus d’extraits publiés ci-dessus, dans le n°19 du 05/09/1903 il demande 10 exemplaires des Temps Nouveaux ; dans le n°10 du 04/07/1903 il écrit un article pour dénoncer les crimes sociaux. Ici, sur un pauvre diable qui se suicide après un avis d’expulsion car il ne pouvait payer son loyer. En octobre, des camarades tentent de créer une troupe de théâtre en vue de s’en servir comme d’un moyen de propagande. Le projet serait de faire des tournées dans le département. Les fonds sont à adresser à Émile Guichard (Les Temps Nouveaux n°24 du 10/10/1903).

* Le Syndicat des hommes de peine et des irréguliers du travail de Saint-Nazaire souhaitent entrer en contact avec leurs homologues de Lorient, Nantes et Angers. Est-ce le Syndicat mixte créer en Mai ? (Les Temps Nouveaux n°16 du 15/08/1903).

* Rajouts aux biographies de Guichard et Hamelin.

 

27/08/2018

* Deux conférences à l’Université Populaire. L’une à 20h30, le samedi 5 septembre 1903 par Henry MERCIER sur le thème « Pourquoi l’Anarchie ?« . L’autre le Mercredi 16 septembre, par Émile Guichard sur le thème « Le 9e commandement de Dieu et l’amour libre » (Les Temps Nouveaux n°19 du 05/09/1903 et n°20 du 12/09/1903).

Sources : association L’ardoise. Vers 1900

* TRÉLAZÉ, ardoisières : revendications et grèves au fond : Dans une série d’articles très intéressants, H.M., indique les techniques d’exploitations et d’extractions de l’ardoises au fond. S’il rappelle certains événements récents de luttes ou d’actions directes, il s’attarde sur les revendications de cette fin d’été 1903, la façon dont la grève est mené et le changement de tactique opérée (se poser des questions sur les victoires et échecs passées et surprendre l’ennemi). Ces mêmes revendications pourraient s’apparenter plus aux conditions de travail : arrêt de monter et descentes par les échelles mais par des ascenseurs, vérification de l’arpentage et du cubage, contrôle de l’utilisation des explosifs aussi fait par les ouvriers, choix du médecin, les petits chefs qui doivent parler correctement aux ouvriers, fin du travail rémunéré à la tâche, etc. (Les Temps Nouveaux n°13 du 25/07/1903 ; n°14 du 01/08/1903 ; n°15 du 08/08/1903).

* À Trélazé, au local syndical, à 19h30 le samedi 31 octobre 1903. Réunion autour de la discussion en cours à Trélazé sur de la création d’une coopérative de consommation, sur le modèle du Vooruit de Gand. Mercier dans son annonce demande également l’avis des anarchistes de Gand, aura-t’il des réponses ? (Les Temps Nouveaux n°24 du 10/10/1903).

* ANGERS : L’Empire Bessoneau : une série d’articles sur les techniques d’exploitation, de grèves plus où moins timides. Dans les Temps Nouveaux n°51 du 18/04/1903, l’auteur revient sur les techniques employées pour réduire les coûts salariaux tout en augmentant la productivité. Dans le n°19 du 05/09/1903 c’est l’arnaque aux primes (en fonction du présentéisme) qui est mis en exergue et ce malgré la petite grève ayant eu lieu en août (Les Temps Nouveaux 18 du 29/08/1903). Relance d’une grève à l’usine Hecce-Homo (Les Temps Nouveaux n°22 du 26/09/1903 et n°25 du 17/10/1903).

 

25/08/2018

L’argent -4 francs- d’une collecte effectuée à La Solitude, quartier de Malaquais, est versée et indiquée dans Les Temps Nouveaux n°42 du 14/02/1903 en faveur des derniers survivants/inculpés de La Mano Negra en Andalousie (Espagne).

* A. Dupré et E.G. Dupré verse de l’argent en soutien aux Temps Nouveaux. E.G. voire l’autre, sont-il les saumurois ou futurs saumurois ? (Les Temps Nouveaux n°10 du 04/07/1903). Toujours en faveur du journal, un autre don est versé par H.M. de Trélazé (Les Temps Nouveaux n°13 du 25/07/1903).

24/08/2018

* Mise en ligne d’une