NOUVEAUTÉS À PARTIR DE JANVIER 2018

NOUVEAUTÉS

PAGE POUR VOIR PLUS FACILEMENT CE QUI EST FAIT AU JOUR LE JOUR

(ancienne page d’accueil des nouveautés jusqu’à la mi-janvier 2018)

BNF/Gallica. Les Temps nouveaux, année 10, n°15 du 13/08/1904

DEMANDE : si quelqu’un à du temps libre sur Angers ou le 49, j’ai en ma possession tous les numéros du Libertaire quotidien de 1924. Ce serait pour les numériser, photographier, pour mettre sur le blog parallèle de journaux généraux et ainsi extraire ce qui est utile pour celui spécifique sur l’Anjou… Idem pour l’Anjou communiste (LB.)

 

 

 

Vous le savez je suis un proche de la librairie Les Nuits Bleues. Les temps sont durs… Librairie Les Nuits Bleues, 21 rue Maillé, 49100 Angers.

http://lesnuitsbleues.blogspot.com/

Encore un appel aux dons…

Commençons tout d’abord par vous présenter, une nouvelle fois, les ambitions de notre librairie et de ses libraires : offrir à un public le plus large possible, à Angers, des ouvrages, des auteur·e·s, des maisons d’édition, des publications militantes, sociales, alternatives qui ne se retrouvent pas ou peu dans le commerce traditionnel. C’est aussi offrir un lieu de rencontre et de débat pour celles et ceux qui pensent que ce monde ne tourne pas rond, ou qui simplement se pose des questions.

Les Nuits Bleues c’est aujourd’hui environ 2000 ouvrages, livres, brochures, journaux, DVD, CD, vinyls, tee-Shirts, badges, etc. avec des thématiques diverses : syndicalisme, mouvement ouvrier, mouvement social, engagement, Amérique du Sud, Amérique du Nord, Europe, Asie, Révolution Espagnole, Révolution Russe, théorie anarchiste, théorie marxiste/communiste, socialisme réformiste, mémoires, biographies, écologie, féminisme, genre et sexualité, antifascisme, antiracisme, économie, littérature, arts, cultures, cinéma, musique, bande dessinée, littérature jeunesse, critique de la société industrielle, urbanisme, histoire, la Commune de Paris, la Révolution Française, théorie, philosophie, sociologie.

Alors oui, nous avons un beau fonds, oui nous avons un joli local, mais on vient quand même vous réclamer de l’argent. Oui on sait on est chiants. Mais vraiment c’est pas pour nous enrichir vous le savez maintenant, c’est juste qu’en ce moment, avec les taxes et tout ça on s’en sort plus aux Nuits Bleues ! Bon, non, en fait ce n’est pas tout à fait à cause des taxes que la librairie se retrouve à pédaler dans la semoule côté financier. Des taxes on en paie bien peu, mais on a quand même un loyer et des charges à payer tous les mois et ça nous coûte quand même quelques centaines d’euros (3 pour être précis).
L’idéal pour nous serait d’arriver à vendre suffisamment de bouquins pour être autonomes financièrement. On y arrivait, non sans mal, mais on y arrivait. Mais ces derniers temps ça coince et on est obligé de taper dans les poches des libraires, et ça, c’est pas cool.

Le constat est clair on ne vend pas assez de livres. Pourtant on fait tout pour vous aguicher : on fait des commandes régulières pour faire évoluer le fonds (on aimerait en faire plus mais financièrement ça coince), on vous demande si vous voulez commander des trucs, on vous prévient quand ça arrive, etc.

Visiblement ça ne suffit pas pour faire rentrer des sous dans la caisse… On le sait les Nuits Bleues ne sont pas forcément toujours concurrentielles par rapport à d’autres librairies professionnelles (c’est pas une raison pour nous commander des livres et jamais venir les chercher et même pas prévenir!). On fait ce qu’on peut avec nos petits moyens, bénévoles et militants, vous le savez bien (au fait on vous a dit que les libraires sont bénévoles, militant·e·s syndicaux, associatifs, politiques mais aussi salarié·e·s, chômeurs·euses, retraité·e·s ou encore auto-entrepreneurs et que les journées ne font que 24h et que les semaines ne comptent que 7 jours?).

Alors voilà, on aime pas quémander, on espère que vous pensez pas que c’est la quête comme à l’Église, mais on va pas tourner autour du pot 107 ans, il nous faut de la maille pour notre librairie rue maillé.
La librairie accepte tous les dons : en chèque (à l’ordre des Nuits Bleues), en liquide, etc. et même nouveauté on a lancé une campagne de dons en ligne via HelloAsso. Pas d’inquiétude c’est une structure taillée pour les assos et vous n’aurez pas de surplus à payer !

Merci à vous de continuer à nous aider à faire vivre une librairie militante, alternative, subversive, syndicale, politique et de classe. Parce que, dans la période, on a grand besoin d’espace comme ça, à Angers comme ailleurs !

À très bientôt, dans la librairie ou dans la rue !

 

15 et 16/12/2018

archive.org. n°29. 30/06/1894. Le temps passe, rien ne change fondamentalement depuis Jean Casimir-Perier fraîchement élu et l’actuel Macron : du blabla

* Parfois je erre virtuellement à la recherche d’un nouveau journal, d’un nouveau truc à rajouter sur le blog. C’est ce qui m’est arrivé voici quelques temps. J’ai trouvé un site américain -je parle pas anglais, ça à l’air d’un site officiel- que je ne connaissais pas et sur celui ci, une brochure et des journaux dont Le Chambard Socialiste. Ce journal disponible sur le net avec les numéros d’à peu près une année possède sur chaque « Une » un dessin de Petit Pierre, un pseudonyme de Steinlen.

* Mise en ligne de quelques « Unes-dessins«  de ce journal.

* Ajout des paroles de deux chansons, l’une intitulée « C’est le Populo » de Broca et l’autre intitulée « Les P’tits Bourgeois » de Pigeonnette.

* Deux extraits du journal Le Chambard Socialiste. L’un du n°1 du 16/12/1893, indiquant une rixe entre le jeune député conservateur et réactionnaire le baron Georges de Grandmaison et un autre Georges, Dubarry, rédacteur au Courrier de Saumur. L’autre extrait est issu du n°4 du 06/01/1894 et y parle des élections et du sentiment de trahison de ceux des socialistes ayant voté au 2e tour pour le candidat républicain.

arch ?

* Rajout de photos  de la grève des cordonniers de septembre à octobre 1893, dans la sous-rubrique Angers et environs. Écriture d’un article relevant de cette grève dans cette année. Mise en ligne de deux affiches liées à cette grève : l’une de début décembre, établissant une non-conciliation, et une autre éditée le 20 décembre, livrant à la publicité par le Juge de Paix, les nouveaux tarifs.

* Argent : don et paiement journaux : dans le n°39 du 28/01/1905, versement d’un don pour le journal Les Temps nouveaux par un nommé O. d’Angers. Dans le n°40 du 04/02/1905 c’est un nommé G. d’Angers qui verse l’argent pour les journaux. Dans le n°08 du 24/06/1905, O. d’Angers et L. (probablement Lelièvre Eugène) paient les journaux vendus qui servent à la propagande.

* Petites correspondances : dans le n°46 du 18/03/1905, un problème de distribution de journaux dans les gares par Hachette est signalé par un nommé L.L. Dans le n°04 du 27/05/1905, un retard d’envoi de convocation est signalé à L de Noyant-la-Gravoyère. Dans le n°05 du 03/06/1905, une réponse de non insertion sur un fait jugé pas assez important est fait à E. Statiot.

* Grèves : dans les Temps nouveaux n°15 du 12/08/1905, grève aux allumettes pour la baisse du temps de travail et une augmentation de salaires. À Combrée, ce sont des ouvriers qui se font renvoyer. Pour protester les ouvriers conscients se mettent en grève. Mais des jaunes continuent le turbin. Les gendarmes utilisent leurs armes et des ouvriers sont blessés par balles. En riposte des barrières et les locaux de la Compagnie des ardoisières de l’Anjou sont attaqués (Les Temps nouveaux n°17 du 26/08/1905).

08 et 09/12/2018

AMA numérisées. 02Fi_642. Ruelle du Quai du Roi de Pologne. La rocade actuelle…

* Rajout de documents sur le suivi policier de Piriou Jean-Marie (et complément de biographie).

* Refonte de la biographie de Harles Louis, Victor dit Harlet. Suppression de celle de Harlet Louis, Victor.

* Mise en ligne d’une chanson de Charles d’Avray, « La Petite fille de deux sous » (si vous connaissez des sites avec une version musicale, n’hésitez pas à me faire signe !).

* GRÈVE AVRILLÉ : dans Les Temps nouveaux n°41 du 11/02/1905 et n°45 du 11/03/1905.

* Annonce dans Les Temps nouveaux n°46 du 18/03/1905 de l’initiative de L’Union Ouvrière de l’Ameublement de publié une image du type image d’Épinal sur la vie de Louise Michel.

* Régis Meunier : annonce d’une conférence sur Liberté et christianisme à Lorient et Hennebont, organisée par La Jeunesse Syndicaliste Lorientaise (Les Temps nouveaux n°40 du 04/02/1905). Il propose également une tournée de conférence dans le sud. Il est alors domicilié à Limoges et donc présent lors de la grande grève de 1905 (Les Temps nouveaux n°51 du 22/04/1905).

 

02/12/2018

AMA numérisées. 3 Fi 338. Portraits de Lacroix et de Proudhon. – [S.l. : s.n.], milieu XIXe siècle. – 2 dessins sur papier : mine de plomb ; 25.5 × 16 cm 03Fi_0338_02. David d’Angers

* Rajout de pas mal de cartes postales anciennes, sur Angers.

* Un portrait de Proudhon trouvé sur le site internet des Archives Municipales d’Angers fait par David d’Angers.

28/11/2018

* Pas beaucoup de temps en ce moment… J’en profite pour vider un peu l’écran de mon ordi de la multitude d’illustrations, dessins, lithographies, gravures, cartes postales anciennes (CPA), photos, etc. (LB.)

* Rajout de deux illustrations issues de l’Almanach du Libertaire pour 1903-1904.

24 et 25/11/2018

Arch. BNF/Gallica. Les Temps nouveaux n°47, an10 du25/03/1905.

* Mise en ligne d’un grand article d’Émile Guichard publié dans Les Temps nouveaux n°39 du 28/01/1905 sur les conditions de travail dans les corderies de chez Bessonneau. Si certain-e-s chef-fe-s plus ou moins grand-e-s plus ou moins petit-e-s s’essaient à la stratégie de la chouquette pour mieux nous domestiquer, l’article traite également des méthodes de gestion du personnel. L’article fait écho au film « Mélancolies ouvrières » passées cette semaine par le syndicat Sud CT et Asso à la Bourse du travail.

* Rajout de deux vignettes des Temps nouveaux dans la rubrique dédiée. L’une m’évoque la violence de la prétendue Justice ; l’autre, les crimes sexuels des prêtres.

* Rajout de documents sur le suivi policier de Piriou Jean-Marie (et complément de biographie).

17/11/2018

cartoliste. CPA éditée par Les Temps nouveaux, 1905.

* Rajout de documents sur le suivi policier de Piriou Jean-Marie (et complément de biographie).

* Rajout à la biographie de Lelièvre Eugène.

* Création d’une biographie pour Tabeau.

11/11/2018

* Quelques rajouts à l’article sur les Jeunesses syndicalistes.

* Quelques rajouts à l’article sur l’histoire du mouvement anarchiste en Anjou.

* Mise en ligne d’un document sur la propagande et la vente de presse libertaire à Trélazé en 1895.

* Mise en ligne de documents policiers et préfectoraux sur Piriou Jean-Marie dit « la sardine ».

10/11/2018

* Dans le numéro 78 du 04/07/1904 du journal L’Humanité, un article sur les victimes du Bon Pasteur à Angers et Nancy. Dans le n°257 du 30/12/1904, le même journal annonce que les enquêtes sont acceptées pour Angers, Nancy et Paris.

Arch. BNF/Gallica. Les Temps nouveaux, dixième année, n° 36 du 07/01/1905.

* Le numéro 30 du 17/05/1904 de L’Humanité, révèle les frasques de soldats ivres qui poursuivent des passants avec leurs baïonnettes.

* Rajout de quelques vignettes extraites des Temps nouveaux.

* CONGRÈS OUVRIERS 1904 : dans le n°141 du 05/09/1904, le Syndicat des jardiniers d’Angers donne son accord pour éventuellement créer un syndicat national. La Première rencontre pour élaborer les statuts aura finalement lieu le 23/12/1904 à Paris d’après le journal L’Humanité n°251 du 24/12/1904. Mme Barbe, des modistes d’Angers, est présente au banquet du 3e Congrès associations ouvrières de Productions (L’Humanité n°210 du 13/11/1904). À quel titre ?

* future A.I.A. : appel pour la tenue du Congrès antimilitariste d’Amsterdam publié dans L’Humanité n°58 du 14/06/1904.